Select Menu

Slider

Breaking News

Gouvernances

innovations

consommations

productions

Economie Sociale et Solidaire

Financements


Près de 60 000 entrepreneurs font faillite chaque année en France. C’est pour les aider à rebondir que 60 000 rebonds est née en 2012, sous l’impulsion de Philippe Rambaud.
A Strasbourg, Georges Reiss préside depuis un an l’association qui agit sur toute la région Grand Est .

Beaucoup d’entrepreneurs qui ont vu leur société liquidée vivent un triple traumatisme : personnel, professionnel et financier. Leur permettre de rebondir présente un double intérêt : les aider à retrouver une dignité et une place dans notre société, et d’autres part relancer des talents dont l’économie française a tant besoin.
60000 rebonds a développé et met en oeuvre un processus d’accompagnement éprouvé pour une durée maximale de deux ans, grâce au soutien actif et l’engagement de nombreux bénévoles, partenaires privés ou institutionnels.
Une première phase de coaching permet au candidat de reprendre confiance, d’analyser les raisons de son échec et d’assumer sa part de responsabilité. Ensuite un parrain lui est affecté avec une double mission : faire émerger un nouveau projet professionnel et accompagner sa mise en oeuvre. Le parrain peut mobiliser toutes les ressources et expertises disponibles au sein de l’association.

60 000 rebonds, association reconnue d’intérêt général
60 000 rebonds a été reconnue récemment association d’intérêt général à caractère social. Une très bonne nouvelle se réjouit Guillaume Mulliez, son nouveau président national, qui déclare : « C’est la reconnaissance du travail de l’ensemble de nos bénévoles pour accompagner le rebond des entrepreneurs dans la difficulté après avoir connu la faillite. Nous vivons cette décision du ministère des Finances comme un encouragement à notre action et à notre implication pour faire évoluer le regard sur l’échec en France ».

À ce jour, près de 500 bénévoles aident 200 entrepreneurs dans une douzaine de métropoles.  Guillaume Mulliez s’est donné pour objectif de structurer 60 000 rebonds en vue d’accompagner plus de 1 000 entrepreneurs par an à l’horizon 2020. Cela implique l’ouverture d’une quarantaine de bureaux et le recrutement de nombreux bénévoles (coach, parrain, experts) ainsi que de quelques permanents. Les fonds nécessaires au fonctionnement sont collectés auprès de partenaires sensibles à cette belle cause. Le statut d’association d’intérêt général, qui permet de défiscaliser jusqu’à 60% des dons, devrait faciliter la tâche.

Après 1 an de Présidence, Georges Reiss partage sa vision durable pour 60 000 rebonds Grand-Est
Créée en novembre 2014, l’association 60 000 rebonds Grand-Est, basée à Strasbourg, a accompagné en 2016 une dizaine d’entrepreneurs en rebond, dont 4 ont déjà rebondi dans un nouveau projet.
En 2017, l’objectif de l’association régionale est d’accompagner 20 entrepreneurs en rebond sur l’ensemble de la région Grand Est. En 2018, avec le développement de l’antenne existante à Strasbourg et l’ouverture envisagée de nouvelles antennes, à Mulhouse et Metz ou Nancy ; l'association ambitionne d’accompagner 30 entrepreneurs en rebond.

L'assemblée générale de l'association 60000rebonds Grand Est se tiendra le 30 mai prochain, dans les locaux de  EY – Strasbourg
Source : 60000rebonds Grand Est

EN SAVOIR PLUS




60000 rebonds, association loi 1901 reconnue d’intérêt général à caractère social a pour vocation d’épauler les dirigeants qui ont été confrontés à la liquidation de leur entreprise.
Ceux-ci subissent bien souvent un traumatisme tout à la fois financier, professionnel et personnel. L’association les aide à sortir de l’isolement, pour mieux rebondir vers un nouveau projet professionnel.
« La ressource la plus rare, dans l'entrepreneuriat, c’est l’entrepreneur... Pourtant, tous ne réussissent pas du premier coup. Alors comment faire pour multiplier le nombre d’entrepreneurs qui osent essayer et simultanément améliorer significativement leur taux de réussite ? L’idée de 60 000 rebonds, c’est que tout entrepreneur a le droit d’essayer plus d’une fois, et que la société n’a pas le droit de les inciter à y renoncer. Bien au contraire. C'est pourquoi, 60 000 échecs donnent 60 000 occasions de réussir. » Philippe Rambaud, Fondateur et Président d’honneur de l’association 60000 rebonds

La faillite en France, la honte de l’échec
Plus de 60 000 entreprises font faillite chaque année en France. Cela induit généralement un traumatisme financier, professionnel et personnel pour leur dirigeant. Entre problèmes financiers, sentiment d’isolement, stigmatisation sociale et difficulté à reprendre confiance en soi professionnellement, ces entrepreneurs ont du mal à rebondir. Parmi eux se trouvent de très nombreux talents et expertises qui, s’ils restent inexploités, ne contribueront plus à la vitalité de notre économie.
Mais rien ou presque n'existe pour les aider à rebondir.
L'association 60000 rebonds est née de ce constat et de l'expérience personnelle de son fondateur Philippe Rambaud. Cette véritable « centrale de compétences » totalement bénévole est aux côtés des entrepreneurs post-faillite pour les aider à rompre leur isolement et rebondir plus vite. 60000 rebonds entend également contribuer à faire évoluer en profondeur le regard sur l’échec en France.
Guillaume Mulliez, actuel Président de l’association, poursuit l’impulsion donnée en multipliant les points d’accueil sur l’ensemble du territoire français, afin d’être en mesure d’accompagner un plus grand nombre d’entrepreneurs.

En moyenne, 60% des entrepreneurs accompagnés rebondissent en créant ou reprenant une entreprise tandis que 40% retrouvent un poste salarié. Parmi ces derniers, beaucoup aspirent à recréer une structure à moyen terme, quand ils se seront refait une santé financière.
Les entrepreneurs accompagnés par 60000 rebonds trouvent un nouvel emploi dans un délai de 6 à 10 mois ou créent une nouvelle entreprise dans un délai de 12 à 18 mois...

Une association structurée et experte


Une méthodologie unique pour aider les entrepreneurs à rebondir
L’approche de 60000 rebonds mixe un accompagnement individuel approfondi (séances de coaching et business mentoring) et du collectif dynamique avec une réunion mensuelle intégrant des Groupes d’Echanges et de Développement et des ateliers de formation animés par des experts.
* EER = entrepreneur en rebond

L’accompagnement bénévole, qui se déroule sur 2 ans maximum, comprend :
- L’attribution d’un coach, pour des séances de suivi personnel qui contribueront à reconstruire le socle personnel et professionnel, essentiel à la réussite de l’entrepreneur. 6 à 7 séances de suivi sont prévues par des coachs certifiés et expérimentés dès son entrée à 60 000 rebonds.
- Le choix d’un parrain : le parrain est le référent de l’entrepreneur en rebond. Il reçoit une formation spécifique en ce sens. Il joue un rôle de mentor en participant au diagnostic personnel et professionnel pour garantir un accompagnement dans la durée.
- Des experts métiers interviennent ponctuellement auprès des entrepreneurs en rebond en fonction des besoins spécifiques que ceux-ci peuvent exprimer dans les domaines RH, juridique, comptable, marketing, commercial, finance, internet, etc
- Des groupes de travail : chaque mois, l’entrepreneur peut participer à un GED (Groupe d’Echanges et de Développement). Ce groupe réunit une demi-douzaine de compétences bénévoles pour faire un point d’étape sur son rebond et l’aider à faire avancer son projet selon ses besoins.

Au sein de l’association, l’entrepreneur post-faillite est à la fois un candidat au rebond que les membres aident et accompagnent à réussir, mais aussi une ressource pour les autres entrepreneurs confrontés à une situation similaire. Donner et recevoir, recevoir et donner est le processus continu pour chacun des membres de l’association.

Qui peut être accompagné par 60 000 rebonds ?
L’accompagnement d’un entrepreneur post-liquidation donne lieu à un agrément préalable. Ceux qui souhaitent être aidés par 60000 rebonds doivent avoir été mandataire social d’une entreprise liquidée au Tribunal de Commerce dans les 24 mois précédents (sans restriction de secteur).
L’accompagnement est possible, que l’entrepreneur ait ou n’ait pas déjà identifié un nouveau projet, que celui-ci soit de nature entrepreneuriale (création ou reprise d’entreprise, franchise, profession libérale) ou une autre option (salariat ou autre).
En revanche, il faut que l’entrepreneur exprime un souhait d’engagement à suivre le programme d’accompagnement.

Des missions de sensibilisation, d’influence et de recherche autour de l’échec et du rebond
- 60000 rebonds a animé et participé à plus de 300 conférences ou événements, au sein d’associations professionnelles, d’universités ou de colloques, contribuant à faire changer le regard de notre société sur l’échec. Ces événements s’adressent à toutes les composantes de notre société civile, qu’elles soient professionnelles, institutionnelles ou universitaires.
- 60000 rebonds a formulé auprès des pouvoirs publics et de la sphère économique et financière une série de propositions visant à faciliter le « rebond des entrepreneurs » :
- L’abrogation de l’indicateur 040 de la Banque de France : celle-ci compte parmi les dix mesures retenues par le Président de la République et s’est traduite par la parution d’un décret en date du 2 septembre 2013.
- L’incitation des banques à trouver des moyens de se prémunir contre les faillites, alternatifs à la caution personnelle des entrepreneurs, qui engagent à travers celle-ci leurs biens personnels et leur famille.
- L’intégration dans les modalités obligatoires de la création d’entreprise de la souscription à une assurance permettant d’allouer des ressources permettant à l’entrepreneur de gérer son rebond en cas de faillite.
- L’association soutient les travaux de recherche d’universitaires sur la question de l’échec et du rebond dont ceux du laboratoire AMAROK dirigé par Olivier Torres et l’EM Lyon.

Une structure de dimension nationale qui s’appuie sur des ancrages territoriaux forts


Guillaume Mulliez, président 60000 rebonds Auvergne-Rhône-Alpes, a pris la présidence nationale en avril 2016, à la demande de Philippe Rambaud, fondateur de l’association. Son but est d’impulser un nouveau développement grâce à une organisation basée sur le principe d’une fédération de régions autonomes.
Ces régions constituent le point d’ancrage de création d’antennes permettant de construire et d’accroître le maillage territorial. La multiplication des points de rencontres et de proximité avec les acteurs économiques locaux sont clefs dans le développement du dispositif de l’association, pour se mettre au service d’un plus grand nombre d’entrepreneurs en difficulté.
Un bureau national est le garant de l’harmonisation des bonnes pratiques. Il oeuvre pour structurer, professionnaliser, développer et promouvoir l’association au plan national.
Les équipes des bureaux régionaux se sont récemment renouvelées pour mieux s’inscrire dans les objectifs de développement de l’association, et 11 permanents ont été engagés, parmi lesquels un délégué général national, pour soutenir et coordonner les 500 bénévoles.
Les antennes régionales sont donc devenues de réelles parties prenantes de leur écosystème socio économique local. Elles ont noué des liens étroits avec les différentes associations et réseaux dédiés à l'entrepreneuriat, les organisations patronales, les experts-comptables, et les tribunaux de commerce afin de réaliser leur mission de sensibilisation auprès de tous les acteurs.

Une association nationale en développement
Organisée en fédération de régions autonomes et présente dans 8 régions avec une implantation dans 17 villes, l’association a accompagné 300 entrepreneurs en 2016, soit le double de 2015.
Pour 2017, l’ambition est d’accompagner 500 entrepreneurs et de poursuivre le maillage territorial avec la création de 10 antennes supplémentaires, ce qui portera une présence dans 27 villes.
Cette dynamique est la déclinaison du plan stratégique 2020 avec l’ambition de soutenir 2000 entrepreneurs avec une présence dans 60 villes.
Par sa démarche volontariste au service du plus grand nombre, 60000 rebonds est d’ores et déjà le 1er réseau associatif français d’accompagnement d’entrepreneurs post-faillite.


Comment soutenir 60 000 rebonds ?
L'association 60 000 rebonds repose principalement sur la solidarité des entrepreneurs en rebond, d'experts bénévoles et de partenaires, dans des démarches individuelles ou collectives.
L’association 60 000 rebonds a obtenu le 30 juin 2016 le statut d’association d’intérêt général à caractère social.
Ce statut, accordé à l’ensemble des associations régionales 60000 rebonds, facilite l’accès aux dons, que ceux-ci proviennent de particuliers ou d’entreprises. En effet les donateurs bénéficieront d’un reçu fiscal et d’une déduction des revenus imposables.
« C’est la reconnaissance du travail de l’ensemble de nos bénévoles pour accompagner le rebond des entrepreneurs qui se trouvent en difficulté après avoir connu la faillite. Nous percevons cette décision du Ministère des Finances comme un encouragement à notre action et à notre implication pour faire évoluer le regard sur l’échec en France ». Guillaume Mulliez.

Il est possible de soutenir l’action de 60 000 rebonds de différentes manières :
- Communiquer sur l’association auprès notamment des Entrepreneurs ayant connu une liquidation judiciaire ou dans une phase de difficultés importantes.
- Donner du temps en tant que bénévole membre de 60 000 rebonds
- Accueillir un entrepreneur en rebond dans son entreprise dans le cadre d’un « job pied à l’étrier » (1)
- Soutenir financièrement les actions de 60 000 rebonds
- Proposer des partenariats facilitant le rebond des entrepreneurs
Des partenaires peuvent également aider l’association ou les entrepreneurs en rebond dans le cadre d’un mécénat de compétences.
(1) Un « job pied à l’étrier » est un emploi de type alimentaire permettant d’ouvrir des droits au chômage à l’entrepreneur, en le libérant 2 jours par mois pour qu’il continue son accompagnement 60 000 rebonds.

Les partenaires nationaux



Focus sur la région GRAND EST 1. En chiffres :
Créée en novembre 2014, l’association 60 000 rebonds Strasbourg a pour objet d’accompagner des entrepreneurs post-faillite en Alsace et d’encourager leur reconstruction grâce au soutien d’un réseau d’experts professionnels locaux.
60 000 rebonds Grand Est est une Association inscrite au Registre des Association auprès du Tribunal d'Instance de Strasbourg, reconnue d’intérêt général à caractère social
Basée à Strasbourg, l’association a accompagné en 2016 une dizaine d’entrepreneurs en rebond, dont 4 ont déjà rebondi dans un nouveau projet.
En 2017, l’objectif de l’association régionale est d’accompagner 20 entrepreneurs en rebond sur l’ensemble de la région Grand Est.
En 2018, avec le développement de l’antenne existante à Strasbourg et l’ouverture envisagée de nouvelles antennes, à Mulhouse et Metz ou Nancy ; l'association ambitionne d’accompagner 30 entrepreneurs en rebond.

Chiffres clefs 60 000 rebonds Grand Est :

  • Entrepreneurs en cours d'accompagnement: 9
  • Entrepreneurs ayant rebondi: 4
  • 45 bénévoles, dont: 7 coachs certifiés / 8 parrains / 12 experts / 18 membres actifs
  • Une permanente : Annick Sittler (contact téléphonique au 07 71 89 15 92)
  • Une adresse mail : grandest@60000rebonds.com
Sur votre agenda !

  • Fin mai : GED ( groupe de co-développement) autour du projet de création d’entreprise d’une EER
  • 30 mai : AG - Chez EY – Strasbourg
  • A venir : Grand événement de la rentrée Septembre : – Table ronde « En quoi l'échec peut il se transformer en opportunité » en partenariat avec APM en présence de Charles Pépin, Philosophe , auteur d’un livre référence sur l’échec entrepreneurial
Témoignages d’entrepreneurs en rebond


Les partenaires régionaux
Source : Dossier presse 60000rebonds









- - - - - - -
Philippe Richert, Président de la Région Grand Est, ancien Ministre, en présence de Jean Rottner, Vice-Président en charge de la Compétitivité des territoires et du Numérique, Lilla Mérabet, Vice-Présidente en charge de l’Innovation et de la Recherche, Isabelle Héliot-Couronne, Présidente de la Commission Innovation, Sylvain Waserman, Président de la Commission Développement Économique, et Catherine Zuber, Conseillère régionale déléguée à l’Economie Sociale et Solidaire et à la Vie Associative, ont présenté le Schéma Régional de Développement Économique, d’Innovation et d’Internationalisation (SRDEII), ce mardi 23 mai, au sein de l’entreprise LEACH INTERNATIONAL EUROPE, à Sarralbe (57). Ils ont été accueillis par Philip Saunders, Directeur général de Esterline Power Systems Europe (Leach International Europe). Une visite de l’entreprise a eu lieu après ce temps de parole et d’échanges autour du SRDEII qui constitue dorénavant la stratégie économique du Grand Est sous l’appellation Be Est.

Les élus, Jean Rottner, Lilla Mérabet, Vice-Présidente en charge de l’Innovation et de la Recherche, Isabelle Héliot-Couronne, Sylvain Waserman, Catherine Zuber et Bernard Stalter, Conseiller régional délégué à l’Artisanat, ont organisé une concertation sans précédent avec plus de 1 000 acteurs économiques, entreprises, institutionnels et citoyens pour élaborer ce schéma.

La Région Grand Est a pris le parti de développer une stratégie de développement économique partagée visant à redynamiser la croissance économique et la compétitivité des entreprises en vue de créer des emplois sur le territoire régional. Ce schéma constitue un document stratégique offensif, structurant et fédérateur au service du développement économique et de l’emploi. Il vise essentiellement l’accompagnement des entreprises, y compris les structures de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), dans leur projet de développement, d’investissement, d’innovation et d’internationalisation, afin de les aider à affronter les grandes transformations de notre société : digitalisation, transition écologique et énergétique, innovation technologique et sociale, économie collaborative, développement de nouveaux modèles économiques plus inclusifs, etc.

L’élaboration de ce schéma a permis de construire collectivement l’avenir du développement économique du Grand Est, de fédérer l’ensemble des acteurs et de se doter d’un plan d’action coordonné et ambitieux. À travers le SRDEII, la Région a initié le « faire région », en articulant stratégie et proximité, tout en mettant en synergie les atouts, les talents et les compétences présents sur le territoire.

Avec l’ambition de faire du Grand Est une région offensive, cette stratégie est développée autour de 6 principes concrets déclinés en 26 actions structurantes prioritaires :

1. ACCÉLÉRER L’INNOVATION ET LES TRANSITIONS ÉCONOMIQUES DANS LE GRAND EST
- Conforter les filières clés du Grand Est et accélérer les transformations économiques
Pour une mutation vers les entreprises 4.0, la Région a la volonté de gagner en visibilité à l’échelle nationale et internationale. Ainsi, 2 plans régionaux d'envergure dédiés à « l’ADN régional » du Grand Est seront déployés afin de soutenir l’industrie, la bio-économie et l’artisanat : le plan Industrie du Futur, le plan Ferme du Futur, et le plan Artisanat de Demain.
- Faire de la transition numérique et écologique un levier de compétitivité économique
La Région mènera une action massive en faveur de la digitalisation des acteurs économiques afin de faciliter la relation client via le numérique. De plus, 2 actions structurantes seront dédiées d’une part, à la production et l’usage d’énergies renouvelables, d’autre part, à l’écologie industrielle territoriale, afin de diminuer l’empreinte écologique des entreprises du Grand Est.
- Mettre en place un plan dédié à l’artisanat de demain
Pour la modernisation de l’appareil de production et l’adaptation des concepts développés dans l’industrie du futur à l’artisanat.

2. CRÉER UN CHOC DU FINANCEMENT DE L’ÉCONOMIE
- Redonner les moyens de la croissance aux entreprises en sous-capitalisation en créant une offre de fonds adaptée à chaque étape de leur développement et faciliter le financement bancaire.
- Stimuler et inventer de nouvelles offres de financements alternatives
Par la mise en place d’une nouvelle ingénierie de financement (aides directes ciblées, fonds d’intervention rapide, financements innovants de type financement participatif).

3. IMPULSER UN SOUFFLE D’ENTREPRENEURIAT ET D’INNOVATION
- Consolider et accentuer la dynamique entrepreneuriale
Tant en matière de création que de reprise d’entreprises afin de créer et de pérenniser l’emploi et maintenir l’activité industrielle, artisanale, économique et sociale sur les territoires.
- Développer l’économie collaborative, sociale et solidaire
Afin de conserver un tissu économique de proximité et de préserver l’équilibre des territoires.
- Créer un écosystème favorable en matière de recherche et d’innovation
Afin d’améliorer la relation entre la recherche académique et les besoins des entreprises.
- Accélérer la croissance des start-ups/TPE en PME et des PME en ETI.

4. DÉMULTIPLIER L’ACTION RÉGIONALE À L’INTERNATIONAL
- Augmenter l’attractivité du Grand Est et ses territoires
Pour attirer les investisseurs étrangers, en valorisant davantage ses atouts via une approche commune de marketing territorial Grand Est.
- Accroître l’internationalisation des entreprises
Avec le lancement de Grand Est Export, afin de les accompagner dans leurs démarches à l’international.

5. ORGANISER LA PUISSANCE PUBLIQUE EN RÉSEAU AU PLUS PRÈS DES TERRITOIRES
- Réorganiser et coordonner l’action publique
En mettant en réseau les acteurs référents du développement économique et de l’innovation du territoire régional et faciliter leur montée en compétence.
- Mettre en place une action partenariale forte avec les territoires
En signant avec les intercommunalités des Pactes Offensive Croissance Emploi (POCE) autour de priorités structurantes en lien avec les orientations du schéma afin d’allier intervention régionale et intelligence territoriale.
- S’appuyer sur le réseau des agences de développement économique
- Créer Grand Est BIG DATA
Afin de mettre en réseau l’ensemble des données (cartographie, équipements, etc.) pour plus de prospective.

6. INVENTER UNE GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE PARTAGÉE ET INNOVANTE
- Mettre en place une gouvernance économique et de l’innovation partagée
et articulée autour de nouvelles instances : le G20, constitué de représentants de la puissance publique et parapublique, le Conseil des 100, qui associera de façon étroite des chefs d’entreprises et une instance de dialogue bancaire.

UN SCHÉMA EN COHÉRENCE AVEC LES AUTRES DÉMARCHES RÉGIONALES
Afin de garantir la cohérence des politiques publiques, les objectifs du SRDEII ont été consolidés avec ceux des autres documents cadre :
- les programmes opérationnels des fonds structurels 2014-2020,
- les 3 Stratégies nationales et régionales de recherche et d’innovation pour une Spécialisation Intelligentes (S3),
- le Contrat de Plan État Région 2014-2020,
- le Schéma Directeur Territorial d’Aménagement Numérique,
- le Pacte pour la Ruralité.

En parallèle, compte tenu des interactions fortes entre les domaines de l’économie, de l’innovation, de la formation et de l’emploi, le futur Contrat de Plan Régional de Développement des Formations et de l’Orientation Professionnelle, Performance Grand Est, est élaboré en lien étroit avec les orientations du SRDEII sous l’angle de la compétitivité économique régionale.

Ces interactions posent également des jalons en lien avec les démarches complémentaires : la politique de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, le Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Égalité des Territoires (SRADDET), la Stratégie Régionale Transfrontalière, les Stratégies touristiques (SRDT), agricoles ou encore culturelles.
Source : Région Grand-Est

EN SAVOIR PLUS


Une démarche inédite : la parole aux acteurs !
Du SCHÉMA à la STRATÉGIE régionale de développement économique, d’innovation et d’internationalisation

La collectivité s’est vue attribuer la compétence en matière de développement économique par la loi NOTRe.
La Région Grand Est a souhaité inviter les acteurs économiques, institutionnels, entreprises et citoyens à participer à la définition de ses orientations stratégiques pour les 5 ans à venir. Donner la parole à celles et ceux qui créent l’emploi et la croissance dans nos territoires s’est naturellement imposé. Notre ambition est de répondre au mieux à leurs besoins et à leurs attentes. Leur vision de l’économie, de l’attractivité du territoire, de l’innovation ou encore de l’emploi est essentielle pour mettre en oeuvre une stratégie économique innovante et offensive au plus près des territoires.
Be EST, une offensive économique sans précédent, co-construite et co-pilotée avec les acteurs du monde économique


Le SRDEII, une stratégie au service de la croissance, de l’innovation et de l’emploi

- Faire de l’industrie et de la bioéconomie deux piliers du développement et de l’innovation dans le Grand Est afin qu’ils deviennent des champions européens
- Contribuer à une économie plus territorialisée et la « plus en réseau » de l’ensemble des régions de France pour un financement de l’économie volontariste, fluidifié et innovant
- Renforcer l’attractivité et la compétitivité à l’international du Grand Est grâce à sa « géographie à 360° » au coeur de l’Europe et à une dynamique partenariale transfrontalière.


7 ORIENTATIONS STRATÉGIQUES

6 AMBITIONS

LES 6 AMBITIONS (DÉTAIL)


- - - - - - - -
La commission « Alsace sans contrefaçons » créée à l’initiative du comité Alsace des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CCEF) réunit la DIRECCTE Grand Est, les directions régionales des Douanes, l’INPI Alsace, la délégation régionale de Business France, le comité Alsace des CCEF. Elle témoigne de la mobilisation des membres en soutien des entreprises qui se sentent généralement isolées face au fléau de la contrefaçon.

Les membres de la commission « Alsace sans contrefaçons » se réunissent avec l’entreprise et lui exposent quels soutiens chaque organisme peut lui apporter. En outre, de la dynamique de l’échange naissent de nouvelles idées d’actions.

La société Haemmerlin, leader européen de la brouette, fabrique à Monswiller 1 million d’unités par an et réalise 50% de son chiffre d’affaire à l’export dans plus de 30 pays. Elle subit du fait de sa réputation des contrefaçons particulièrement dans les DOM-TOM et au Moyen-Orient. Elle met en oeuvre depuis longtemps des mesures anti-contrefaçons.
Sur la recommandation de la DIRECCTE Grand Est, la société Haemmerlin a fait appel à la commission « Alsace sans contrefaçons ». En mai 2017, une table ronde a permis d’examiner les actions déjà mises en oeuvres. Nous avons constaté que la coopération avec les Douanes Françaises permet de juguler les importations de contrefaçons dans les DOM-TOM. Concernant le Moyen-Orient, les échanges ont permis d’informer la société Haemmerlin sur le réseau et les contacts qu’entretiennent les partenaires de la charte « Alsace sans contrefaçons » dans cette zone géographique.

L’ensemble des participants se félicitent de la qualité des échanges qui se prolongeront dans le temps.
Cette réunion fait suite à une autre intervention de la commission « Alsace sans contrefaçons » en janvier 2017 au bénéfice de la société Barrisol, leader mondial du plafond tendu.
La commission « Alsace sans contrefaçons » intervient gratuitement au profit des entreprises victimes de contrefaçons à l’export.
Source : CCEF
- - - - - - - - -

Jean-Luc Bohl, 1er Vice-Président de la Région Grand Est, en charge des représentations institutionnelles, de la coopération transfrontalière et internationale, a accueilli une importante délégation d’élus et d’entrepreneurs de Basse-Autriche, ce lundi 22 mai 2017 à la Maison de la Région, à Strasbourg.
La délégation conduite par Sonja Zwazl, Sénatrice, Présidente de la Chambre de Commerce de la Basse-Autriche et ancienne Présidente du Bundesrat, était composée de plus d’une trentaine de représentants de différents secteurs d'activités économiques et industriels de Basse-Autriche. Etait également présente Erika Bernhard, Consule Générale d'Autriche à Strasbourg.

Cette rencontre a été l’occasion de très riches échanges sur la mise en oeuvre de la réforme territoriale et l’organisation de l’action de la collectivité régionale, ainsi que d’un large tour d’horizon dans des domaines stratégiques tels que l’économie et le marché de l’emploi, l’accueil en région des projets d’investissement étrangers, la formation professionnelle et l’apprentissage, l’importance de l’enseignement de l’allemand, la recherche et l’innovation ou encore les transports.
Source : Région Grand Est



- - - - - -
Première quinzaine de mai 2018, des oeuvres d’art monumentales symbolisant nos industries alsaciennes, réalisées par les artistes en collaboration avec les entreprises investiront les places publiques strasbourgeoises : une première en France, une première pour Strasbourg, une première pour l’industrie.
Cet événement baptisé L’Industrie Magnifique sera la première manifestation d’un mouvement national associant industriels, artistes et collectivités publiques, pour promouvoir et développer : la création artistique - la culture de l’invention - le patrimoine industriel dans les territoires

Au programme, en complément des expositions d’oeuvres d’art originales réalisées par des artistes de renom et dont l’accès est gratuit pour le public :
- des visites guidées du circuit d’oeuvres, organisées en coopération avec l’Office du Tourisme de Strasbourg
- des conférences thématiques et explicatives des démarches artistiques et culturelles suivies, organisées en interaction avec les manifestations concomitantes, et la CCI du Bas-Rhin
 - des animations encore à imaginer et à développer en coopération avec les institutions culturelles situées sur les places publiques concernées (l’Opéra par exemple, place Broglie, le TNS place de la République, etc…)

Porté par l’association Industrie etTerritoires, avec le soutien des collectivités territoriales (Ville de Strasbourg, Eurométropole, Département, Région, CCI), de l’ADIRA (agence de développement d’Alsace), de la Fédération des industries d’Alsace et de l’UIMM, le projet est entré dans sa phase de production culturelle :
- 3 oeuvres ont été réalisées
- 4 oeuvres sont en cours de réalisation
- 7 sont en cours de réflexion et conception
- D’autres encore à initier.
La réunion des partenaires du 15 mai conforte l’avancée du projet dans toutes ses dimensions, engageant toutes les industries qui le souhaiteraient à rejoindre le mouvement.

L’Industrie Magnifique est un mouvement pluridisciplinaire, associant les secteurs artistiques, économiques et politiques. Son but est de développer et promouvoir la création, l’art et la culture sous toutes ses formes, par la coopération effective entre artistes, entreprises et collectivités publiques.
Le premier acte public du mouvement L’Industrie Magnifique sera une rencontre originale de l’art et de l’industrie sur la place publique, durant 10 jours à Strasbourg, initialement prévue en septembre cette année, mais finalement décalée à 2018, première quinzaine de mai (date à
venir). Un événement inédit, exceptionnel et novateur.

La genèse du projet
Fin 2015, 5 amis alsaciens - chefs d’entreprise, responsables publics, artistes - échangent un soir de façon informelle sur leurs motivations respectives :
- Faire rayonner Strasbourg et l’Alsace
- Promouvoir le savoir-faire et le patrimoine industriel local
- Encourager le mécénat culturel et le développement de la création sous toutes ses formes
- Rendre l’art accessible au plus grand nombre
Des préoccupations différentes mais convergentes. Ainsi naissent un concept et un nom : L’Industrie devint Magnifique. La coopération entre les 3 secteurs que sont l’art, l’économie et le politique s’avère être la solution naturelle pour répondre aux attentes.
Immédiatement sollicitées, les instances économiques et collectivités locales ouvrent leurs portes. Le principe est ensuite testé auprès de quelques industriels et artistes ; et l’accueil est bon.
En mai 2016, l’Association Industrie et Territoires est constituée à Strasbourg, pour porter le mouvement de L’Industrie Magnifique et réaliser un premier événement à Strasbourg en 2017/2018.

L’association Industrie et Territoires
L’association a pour objet la promotion et le développement de la création artistique, de la culture de l’invention et du patrimoine industriel dans les territoires, en favorisant la coopération entre les artistes, les entreprises et les collectivités publiques.
À ce titre, l’association : s’efforce de mobiliser et fédérer en son sein le plus grand nombre possible d’opérateurs des secteurs industriels, culturels et publics ; initie, développe ou soutient tout projet, action ou activité entrant dans son objet.
Les membres fondateurs de l’association sont :
Jean Hansmaennel, Président - Pierre-François Heitz, Trésorier - Vincent Froehlicher, Secrétaire - Brigitte Guillaumot - Bernard Kautz - Bertrand Kuentz - Antoine Latham - Jean-François Zurawik
Industrie et Territoires compte à ce jour 67 membres individuels ou collectifs, issus des 3 secteurs (Entreprises, Culture, Collectivités).
L’association a son siège dans les bureaux strasbourgeois de l’ADIRA, agence de développement d’Alsace.

L’Exposition LIM 2018
Première quinzaine de mai 2018 (dates à venir), les places publiques de Strasbourg accueilleront durant 10 jours des installations artistiques, créations originales signées d’artistes vivants, fruits de la collaboration entre ces artistes (internationaux, nationaux ou locaux) et les entreprises mécènes, toutes alsaciennes ou implantées en Alsace.
Le circuit d’exposition sera ouvert gratuitement au public, ainsi que les conférences et débats sur Art, Industrie et Cité, qui accompagneront la manifestation.
Le Commissaire de l’Exposition LIM 18 est Jean-François ZURAWIK.






Les “Trinômes” mécène/place/artiste
L’Industrie Magnifique renouvelle / invente un modèle de coopération entre les collectivités, les industriels et les artistes en créant d’une part les conditions de rapprochement entre des entreprises et les acteurs culturels du secteur, et d’autre part, en accompagnant ces binômes dans la mise en oeuvre, à Strasbourg, d’un événement unique d’envergure sous la forme d’une vaste performance artistique proposant :
- Un circuit d’installation à travers des places strasbourgeoises sur lesquelles seront exposées les oeuvres d’artistes plasticiens soutenues par les industriels mécènes
- Des rencontres, des conférences et des débats autour de l’industrie et de l’art.



Les artistes choisis sont principalement des plasticiens. Ils utilisent des techniques multiples (sculptures, assemblages, gravures, collages, etc) et parfois d’autres arts tels la photographie.
Chaque projet entreprise/artiste/place est accompagné par l’association Industrie et Territoires, qui met à disposition un binôme d’experts : un expert industrie, qui connait bien le monde et les codes de l’entreprise, et un expert artistique, qui connaît les artistes et le milieu culturel.
Le rôle de ce binôme expert est d’accompagner l’entreprise tout au long du projet, pour : 
- l’aider à trouver et à choisir “ son ” artiste et “ sa ” place d’exposition
- veiller à la bonne collaboration entre l’artiste et l’entreprise pour la création de l’oeuvre
- préparer l’exposition publique 2018
- réunir le matériel d’information nécessaire (témoignages, textes, photos, vidéos…) pour documenter la démarche et pouvoir raconter la création et l’exposition de l’oeuvre
Le binôme expert est donc le représentant de l’organisation L’industrie Magnifique auprès du couple entreprise-artiste.
Les experts artistiques et industriels contribuant à l’événement sont : Antoine Latham - Michel Bedez - Marie-France Bertrand - Joëlle Brenner - David Cascaro - Delphine Courtay - Christopher Crimes - Frédéric Croizer -Thierry Danet -vBertrand Gillign  - Philippe Gintzburger - Jean Hansmaennel - Claire Hirner - Monique Jung - Sophie Kauffenstein - Patricia Kishishian - Gabrielle Kwiatkowski - Valentine Lepage - Philippe Maraud - Marc Tubiana - Jean-François Zurawik
À ce jour 15 entreprises alsaciennes se sont engagées, à différents niveaux et à différents stades d’avancement, dans le mécénat d’un artiste et la réalisation de l’exposition LIM 18 à Strasbourg.


Les trinômes déjà constitués sont :

Pierre PETIT et Les Ateliers Réunis Caddie, place Broglie
Pierre PETIT utilise dans son travail des objets issus de la production industrielle qui ont pour corollaire d’être acceptés partout et par tous. Ces objets, qui révèlent des espaces géographiques différents, Pierre PETIT les porte à notre regard, et par là même, met en lumière le quotidien, ces moment anodins, mais significatifs. L’objet commun décontextualisé devient insolite. Aux hasards des rencontres naît un monde dans lequel l’artiste voyage. Les images se mémorisent, s’additionnent, se superposent et créent une poésie qui résonne comme un chant. L’artiste récupère les moments jugés sans importance ; il en résulte des histoires qui s’éparpillent, se connectent les unes aux autres et façonnent un espace poétique dans l’objectivité du quotidien.
Cet artiste travaille avec Les Ateliers Réunis Caddie S.A.S, une société française fondée sur 90 années de savoir-faire et de partenariat avec ses clients fidèles et sur une marque de qualité supérieure “ Caddie ”.
“ L’idée de promouvoir l’industrie alsacienne auprès du grand public et ainsi de développer le mécénat industrie/art et de faire rayonner l’Alsace au niveau national par la mise en valeur des savoir-faire industriels par l’art nous a convaincus.
Sujet à de nouvelles innovations et de nouveaux défis, Les Ateliers Réunis Caddie se devaient d’être présents pour cette première manifestation nationale associant un industriel et un artiste, ainsi que les collectivités publiques.
Engagé dans la démarche d’ambassadeur de l’Alsace et plus spécifiquement de Strasbourg à travers le monde, Les Ateliers Réunis Caddie, par la sélection de la place Broglie, réaffirme sa fierté d’appartenance à l’histoire de notre Pays. En effet, la place Broglie fut le premier lieu où retentit pour
la première fois en avril 1792 l’hymne national Français, « La Marseillaise » écrit par Rouget de L’Isle (domicilié également place Broglie). Cette place chargée d’histoire se devait d’être choisie par une société 100% Made in France ” Stéphane Dedieu, PDG

Raymond WAYDELICH et CroisiEurope, Parvis Malraux
Né à Strasbourg-Neudorf, le 14 septembre 1938, son travail porte principalement sur le temps et la mémoire, en particulier la « mémoire du futur » et les traces de notre civilisation que découvriront et interpréteront les archéologues du futur. Les techniques utilisées par Raymond WAYDELICH sont variées : sculptures, assemblages, gravures, dessins, peintures, collages, photographies, acier découpé… entre les mains de l’artiste, les techniques virevoltent et parfois s’épousent.
Ses oeuvres prennent souvent la forme d’hommages à un personnage célèbre, à des marques, à des lieux, ou font mémoire de voyages imaginaires de Lydia Jacob. Elles sont fréquemment  investies par un bestiaire truculent et aux expressions mi-animales mi- humaines dans un esprit poétique teinté d’humour, d’onirisme et d’humanisme.
Raymond WAYDELICH travaille avec CroisiEurope. Créée en 1976, CroisiEurope est une compagnie familiale. Elle est le leader européen de la croisière fluviale en Europe. Son siège est à Strasbourg.
“ Participer à ce projet unique et d’une telle envergure nous parait déjà être une idée formidable et y prendre part est pour nous incontournable. Mettre en avant notre jolie Ville de Strasbourg, si riche culturellement et historiquement, en montant un projet qui rassemble L’Art et les compétences industrielles et artisanales locales ne peut être qu’une idée très excitante pour une compagnie comme
la nôtre. Nous sommes une entreprise familiale alsacienne et venons de fêter nos 40 ans d’existence en 2016.
Le créateur de notre compagnie, notre père était lui-même artiste au début de sa carrière, puisqu’il était potier d’origine. Il excellait également en peinture acrylique et a décoré la quasi-totalité de nos premiers bateaux. Notre compagnie fait partie intégrante du paysage entrepreneurial alsacien et nous faisons rayonner l’Alsace à travers toute l’Europe et même le monde. Etre présent et mécène sur ce projet est une évidence. L’artiste une évidence également. Déjà présent par ses oeuvres sur certains de nos bateaux, il est militant CroisiEurope depuis de très nombreuses années, et ami de notre père.
Son esprit, sa culture et sa vision sur l’entreprise correspond à la nôtre. Le Parvis Malraux- historiquement port de déchargement : 2 jolies Grues paindavoine magnifiquement restaurées dominent toujours encore ce lieu. CroisiEurope a bien entendu un rapport particulier au port et à l’eau. Encore une fois une évidence… ” Anne-Marie Schmitter, Directrice Générale

Michaël DELATTRE et Fehr, place Broglie
Architecte de formation et passionné de cinéma, l’espace, la lumière, le déplacement sont au centre des préoccupations de Michaël DELATTRE. L’espace créé par l’objet est plus important que l’objet lui-même. En architecture, les plans (les murs, les planchers) délimitent un espace.
Le vide façonné par ces plans sont l’essence même de l’architecture.
Le travail de cet artiste s’est peu à peu tourné vers le design et la sculpture et son champ d’expression tend aujourd’hui tout entier vers l’art proprement dit.
Son matériau de prédilection est le béton, ce qui fait parfaitement sens avec son mécène, Fehr.
Il a une importante résonance culturelle, fascinant pour les uns, à l’origine de tous les maux pour les autres. La particularité de ce matériau vient de sa mise en oeuvre, du liquide, il devient pierre millénaire. La matière fait alors autorité, la couleur (ou non-couleur) provient des états de surface de cette matière.
En 1960, Monsieur Albert FEHR crée une petite entreprise de construction à Reichshoffen et réalise ses premiers chantiers. Cette entreprise qui ne compte que deux personnes lors de sa création se développe de façon harmonieuse et se spécialise dans les métiers du béton.
Aujourd’hui, FEHR, entreprise familiale et indépendante, compte près de 600 employés
“ La place Broglie ressemble à notre entreprise, elle est un mélange d’histoire, d’architectures différentes, de polyvalence et de dynamisme ” Laurent Fehr, Responsable de site

David HURSTEL et Wienerberger, Terrasse des Rohan
David HURSTEL a réalisé diverses expositions en France et en Europe, a participé à des symposiums de sculpture, et a répondu à plusieurs commandes publiques à Carrare, Séoul, Strasbourg et en Alsace. Avec le Parlement des arts, David HURSTEL a dirigé différents projets dont « les kits de survie artistique » et les LIV (Lieu d’Intégration Visuelle). Son approche de la pierre est toujours fondée sur les oppositions noir et blanc, brut et poli, vide et plein, individu et société.
Cette mise en forme des contrastes dans une quête du dialogue fait écho à une vision du monde et à une démarche sociale : intégrer la pierre blanche du marbre, sensuelle et esthétique, dans un contexte social, avec ce que cela suppose d’interactions parfois conflictuelles, comme apport collectif d’imaginaire.
L’artiste va travailler avec Wienerberger. Depuis la création de l’entreprise en 1819, le Groupe Wienerberger s’est mondialement développé au point de constituer aujourd’hui le tout premier producteur mondial de briques et de tuiles en terre cuite. Pour L’Industrie Magnifique, Wienerberger a choisi de travailler avec David HURSTEL, car son projet correspondait à ce que souhaitait créer l’entreprise.
“ Le projet nous a séduit pour deux raisons principales. Tout d’abord, c’est l’opportunité de faire connaitre au public strasbourgeois Wienerberger, dont le siège français est implanté dans l’Eurométropôle et qui possède 3 sites de production dans le Bas-Rhin. La brique terre cuite et la tuile en terre cuite sont très utilisées en Alsace pour ses nombreuses qualités. La seconde raison est de pouvoir, avec la collaboration d’un artiste, réaliser une oeuvre qui fédèrera nos équipes autour de notre entreprise et de notre matériau, et que nous pourrons conserver ” Francis Lagier, Président

Marc QUINN et Würth, place Gutenberg
Marc QUINN, né en 1964 en Angleterre, est un artiste contemporain de renom. Il a notamment été révélé au début des années 90 quand, accompagné d’autres artistes, il a redéfini ce qu’était la fabrication et l’expérience de l’art contemporain.
Marc QUINN réalise des oeuvres en rapport avec la condition humaine : la relation de l’Homme à la nature et les conséquences des désirs humains sur cette relation, ce que signifient “ identité ” et “ beau ” et pourquoi les gens se sentent obligés de transformer ces deux éléments de leur personnalité, la représentation d’une histoire sociale actuelle. Son travail est aussi souvent et significativement lié à l’histoire de l’art, allant des maîtres modernes jusqu’à l’antiquité.
Fondée en 1967, Würth France est la filiale française du groupe. Implantée à Erstein au sud de Strasbourg, elle emploie aujourd’hui 3800 salariés et est présente sur l’ensemble du territoire, à travers 2 800 commerciaux et plus de 100 magasins Proxi Shop. Pour sa participation à L’Industrie Magnifique, Würth a choisi d’exposer une oeuvre de Marc QUINN, artiste contemporain de renom, en lien avec Gutenberg qui a donné son nom à la place sur laquelle l’entreprise exposera.
“ Grand amateur et collectionneur d’art, Reinhold Würth, le fondateur-propriétaire du Groupe Würth, a dès les années 1990 introduit l’art au sein de son entreprise, en créant un réseau de 14 lieux d’exposition ouverts au public en Europe, et où sont visibles les quelques 17 000 oeuvres de la Collection Würth. Ainsi, en France, le Musée Würth France Erstein a ouvert ses portes en 2008 sur le site de la filiale française du groupe à Erstein.
OEuvre emblématique de la Collection Würth, la sculpture monumentale de Marc QUINN est une oeuvre-phare de la Collection qui pourra séduire et intriguer le plus grand nombre, sur une place très fréquentée, aussi bien par les touristes que par les strasbourgeois. L’incongruité d’un coquillage géant
et scintillant au milieu de la ville devrait y contribuer. Pour créer cette oeuvre, Marc Quinn a utilisé la technologie innovante du scanner et de l’impression en 3D, qui constitue la révolution digitale et numérique de ce début du XXIème siècle, à l’instar de l’imprimerie typographique mise au point par Gutenberg au XVème siècle, qui a permis la diffusion du savoir ” Pierre Hugel, Président du Directoire

Olivier ROLLER et Trianon Résidences, place du Marché Gayot
Olivier ROLLER est photographe et artiste. Comme photographe, il réalise depuis 2008 une fresque intitulée « Figures du pouvoir ». Elle s’intéresse à la représentation de ces figures par le médium photographique. Un travail sur l’incarnation du pouvoir, sa pérennité, sa décadence. Il confronte les hommes de pouvoir contemporains, ces «empereurs d’aujourd’hui», à une dimension historique du pouvoir : les Empereurs romains, figures du moyen-âge et de la royauté, ainsi que des détails de tapisseries du XVIIè siècle. Un travail sur la matière dont nous sommes faits: des rides des visages aux brisures des statues de marbre.
Comme artiste, il déconstruit les images afin d’en percevoir la matière, de donner l’envie de les toucher. Il crée des structures tissées de fil, dans lesquelles le spectateur évolue, il réalise des anamorphoses, ou encore suspend des images dans l’espace, sous la forme d’une immense vague.
Olivier ROLLER travaille avec Trianon Résidences, qui conçoit et réalise des programmes immobiliers neufs durables et responsables en appliquant des critères écologiques drastiques à ses constructions. Depuis maintenant 3 ans, Trianon Résidences a inscrit dans sa démarche une collaboration systématique avec des artistes qui interviennent sur chacune de ses résidences afin de permettre de donner au plus grand nombre la possibilité de vivre au contact d’une oeuvre d’art. Intégrer l’Aventure « L’Industrie Magnifique » prend évidemment tout son sens !
“ Depuis bientôt 3 ans, Trianon a associé systématiquement une démarche artistique à ses résidences. Hall d’entrée, parties communes ou aménagements extérieurs, chaque programme immobilier possède une thématique qui est mise en exergue par l’artiste.
Faire partie de l’Aventure “ Industrie Magnifique ” permet de montrer qu’un bâtisseur est capable de sortir du carcan de son métier initial et intégrer une démarche innovante ” Cédric Simonin, Président

Baptiste DESJARDIN et Esaris Industries
Sculpture, découpe, impression, photographie, dessin, les objets de Baptiste DESJARDIN relèvent d’une corrélation entre paysage et voyage. Tantôt l’un, tantôt l’autre, avec à la fois ce qu’ils comportent d’immobile, d’impassible, de mouvement et d’émoi.
L’un se réfléchissant dans l’autre et inversement. Il s’agit de se laisser absorber, d’en capter l’aspect méditatif pour s’immiscer dans la relation entre les choses et les êtres. En prise avec une attention flottante, au delà du temps, le regard ne cherche plus l’identification ou l’information, mais révèle l’invisible et donne à songer. Cela amène une promenade de l’esprit, de ses méandres jusqu’à ses cimes, où il est question de poésie.
Baptiste DESJARDIN travaille avec le groupe familial français, Esaris Industries. Le groupe s’appuie sur de nombreuses décennies d’expérience dans les contacts électriques, la transformation et l’assemblage de métaux, des pièces découpées, pliées ou embouties. Son champ d’intervention inclut le développement, la fourniture de matières, la fabrication et les services associés.
Choix de la place en cours

Renato MONTANARO et Thurmelec
Trouvant sa place dans la figuration libre, Renato MONTANARO emprunte à la peinture classique, le portrait et le traitement des figures sacrées. Sa peinture propose un mélange subtil et réussi entre passé et modernité, réel et idéal, profane et sacré, qu’il réconcilie dans une audacieuse harmonie.
Si l’humour et la parodie sont omniprésents dans son oeuvre, elles n’en font pas oublier pour autant la rigueur et maîtrise de sa technique. Son intérêt pour les formes et les couleurs dont il tire des effets chaque fois renouvelés, rend sa peinture élégante et distinguée, sa sculpture délicate et généreuse.
Thurmelec est spécialisé dans l’étude, le développement, la fabrication, l’intégration et le test de produits, ensembles ou sous-ensembles à base d’électronique. Ils ont choisi de travailler avec Renato MONTANARO afin de réaliser HECTOR, un chien à l’effigie de Thurmelec. En effet, ce dernier est doré à la feuille d’or 22 carats, symbolisant l’or qui recouvre certaines des pistes de circuits imprimés de leurs cartes électroniques. De plus, il est recouvert de composants électroniques placés de manière à symboliser les pistes électroniques d’un circuit imprimé. Il représente parfaitement l’activité de Thurmelec.
“ Depuis maintenant le mois de septembre 2016, Thurmelec organise au sein de l’usine, pour ses employés, des expositions éphémères en partenariat avec des artistes locaux permettant d’ouvrir la culture et l’art. L’art est fait pour être vu par le plus grand nombre et se doit d’être accessible à tous, même aux PME ” Michel Maurer, Président
“ Pour me donner des idées, je suis allé visiter l’entreprise. En voyant les pièces, j’ai fait de premiers essais en utilisant les composants comme des palettes de couleurs et en créant des tâches sur le chien. Mais le résultat n’était pas à la hauteur de nos exigences. J’ai enfin trouvé l’inspiration en allant sur la page d’accueil du site internet de l’entreprise. Il y a un arbre composé de pistes de circuits imprimés. J’ai essayé de reproduire cette forme sur un flanc d’HECTOR et je l’ai montré à Michel Maurer. Il était enchanté ” Renato MONTANARO

Eric LIOT et Schmidt Groupe, place Broglie
Né en 1964, Eric LIOT est successivement peintre, sculpteur, assembleur et collagiste. Autant de disciplines et techniques de la création qui l’établissent aujourd’hui en artiste accompli.
Depuis une vingtaine d’année, l’homme s’est imposé comme un récupérateur d’images. LIOT se nourrit d’images et de personnages du quotidien pour fixer nos icônes contemporaines. On y croise indifféremment nos héros préférés, des figures usuelles de la consommation ou encore des personnages de dessins animés, cinéma, ou jeux vidéo. LIOT est solidement campé dans la tradition de l’objet trouvé et de l’assemblage. Les collages de LIOT sont constitués d’objets trouvés, d’éléments de bandes dessinées, de cartons d’emballages, et d’emprunts à la publicité, l’artiste arrange les différents matériaux de collage et raconte ainsi de nouvelles histoires. Il soustrait les objets à leur fin utilitaire initiale et leur ajoute par là une nouvelle qualité plastique.
Leader dans l’aménagement de l’habitat sur-mesure avec ses marques Schmidt et Cuisinella, Schmidt Groupe conçoit, produit et distribue une offre d’aménagements sur-mesure à l’échelle internationale : cuisines, salles de bains, dressing, rangements, équipements de la maison.
L’automatisation très poussée de ses process industriels et l’investissement soutenu dans les outils de production, le digital et son capital humain, renforcent chaque année sa position sur le marché de l’ameublement. Implanté dans plus de 20 pays, le Groupe emploie 1 500 collaborateurs avec un chiffre d’affaires de 436 millions d’euros.
“ En tant qu’acteur majeur dans le secteur industriel en France et dans la région, participer à ce projet est un moyen singulier de contribuer à faire rayonner notre région et ses atouts et de mettre en valeur le savoir-faire de notre entreprise.
C’est l’occasion de mobiliser les acteurs de l’entreprise étendue autour d’un projet innovant et artistique, en phase avec nos valeurs et le projet de l’entreprise, lequel s’appelle l’OEuvre.
C’est enfin une réelle opportunité de créer et faire vivre dans l’univers Schmidt Groupe une oeuvre collective, qui soit le symbole de notre identité. Une façon aussi de renforcer la fierté collective ” Anne Leitzgen, Présidente.

Damien HIRST, Terry RODGERS ou Zaha HADID (choix à confirmer) avec Lalique, Salle de l’Aubette ou Cour des Rohan
Fondée depuis plus d’un siècle, en 1888, Lalique demeure le symbole ultime du luxe à la française. Fleuron de la cristallerie française, Lalique rayonne autour de 5 grands piliers : les objets décoratifs, l’architecture d’intérieur, les bijoux, les parfums et l’art. Pour chacun de ces domaines, Lalique souhaite faire perdurer le génie créatif de René Lalique son fondateur : éditer des flacons de parfum d’exception en cristal, faire revivre une joaillerie d’émotion, repousser sans cesse les limites de la manufacture en créant des objets décoratifs aux contrastes satinés uniques, réaliser des grands projets architecturaux, créer un univers Lalique dédié à la maison, s’associer à des artistes de renom pour éditer des oeuvres d’art en cristal, redonner à Lalique cette dimension d’héritage culturel.

En cours de décision artistes/places

AQUATIQUE SHOW INTERNATIONAL
Créée en 1979, cette société française a mis au point et installé des spectacles d’eau et de lumière synchronisée prestigieux pour divertir le monde entier. Plus de 52 pays ont déjà applaudi le savoir-faire de l’entreprise. Ecrans d’eau, projections, lasers, feux d’artifice...nombreux sont les éléments visuels que proposent la société. Elle a ainsi créé et installé des spectacles permanents pour les plus grands parcs de loisirs dans le monde: Universal Studios (USA), Disneyland, le Puy du Fou (France), Europa-Park (Allemagne), Port Aventura (Espagne), Boardwalk Casino (Afrique du Sud), Hard Rock Casino (USA) ...
SOPREMA
Groupe indépendant depuis sa création il y a un siècle (1908), Soprema s’affirme comme l’une des toutes premières entreprises mondiales dans le domaine de l’étanchéité, mais également comme un spécialiste de la couverture, des sous-couches phoniques et de l’isolation. Soprema bénéficie d’une présence dans 90 pays, 8 centres RetD fortement axés Développement Durable et 19 centres de formation dans 5 pays.
SOLINEST
Entreprise indépendante et familiale, Solinest s’est adaptée à son environnement en saisissant les opportunités au fil de son histoire.
En 1931, Marcel Tresch crée les établissements Tresch, spécialisés dans le commerce de gros de confiseries.
En 1958, la société se développe et sera jusqu’aux années 60, le plus important distributeur de produits de confiserie et de biscuits (Belin) de la région.
En 1964, un chocolatier venu de Zürich toque à la porte: les chocolats Lindt souhaitent être distribués sur le marché Français.
Le partenariat donne naissance en 1964 à la société “ Solinest ”.

Les partenaires de l'Industrie Magnifique


EN SAVOIR PLUS

Mécénat
Le mécénat est le “ soutien matériel apporté, sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une oeuvre ou à une personne pour l’exercice d’activités présentant un intérêt général ”.
Le mécénat en France est encadré et encouragé par un dispositif fiscal, dont Admical est à l’origine, et dont s’inspirent aujourd’hui de nombreux pays. Le texte de référence est la loi du 1er août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations, dite “ Loi Aillagon ”. Elle permet notamment aux entreprises et aux particuliers de déduire respectivement 60 % et 66 % de leurs dépenses de mécénat de leurs impôts, sous certaines conditions.
L’article 238 Bis du code général des impôts prévoit une réduction d’impôt égale à 60 % du montant du don, pris dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires hors taxes, pour les entreprises assujetties à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés ayant effectué des dons au profit d’oeuvres ou d’organismes d’intérêt général.
Pourquoi le mécénat n’est-il pas une niche fiscale ? En favorisant le mécénat, l’Etat a accepté de ne plus avoir le monopole de l’intérêt général, et de partager le financement du bien commun avec les personnes privées (entreprises et particuliers). Le mécénat n’est pas une niche fiscale pour 5 raisons majeures :
1. Parce qu’il augmente les ressources des acteurs de l’intérêt général, non celles des mécènes (le mécénat reste une dépense pour l’entreprise)
2. Parce qu’il économise des dépenses à l’Etat
3. Parce qu’il bénéficie beaucoup à l’Etat et aux collectivités
4. Parce que son impact crée de l’activité économique
5. Parce qu’il est une solution utilisée par les bénéficiaires pour combler la baisse des financements publics
Source : http://admical.org

L’article 238 Bis du CGI : L’article 238 Bis du Code Général des Impôts institue une déduction spéciale en faveur des entreprises qui achètent des oeuvres originales d’artistes vivants pour les exposer en public ainsi que des instruments de musique destinés à être prêtés aux artistes-interprètes.
Le régime de l’article 238 Bis AB du CGI concerne les sociétés soumises, de plein droit ou sur option, à l’impôt sur les sociétés.
Seules sont susceptibles d’ouvrir droit à déduction les sommes correspondant au prix d’acquisition d’oeuvres originales d’artistes vivants.
L’entreprise doit exposer au public l’oeuvre d’art qu’elle a acquise.
La déduction spéciale autorisée est subordonnée à la condition essentielle de l’exposition de l’oeuvre, à titre gratuit, dans un lieu accessible au public ou aux salariés, à l’exception de leurs bureaux. Et notamment : dans les locaux de l’entreprise ou lors de manifestations organisées par elle ou par un tiers.
Source : Gestions et Stratégies

Le tissu industriel alsacien 
 L’Alsace

Au 1er janvier 2016, l’Alsace recense 5 622 établissements industriels inscrits au RCS pour 118 696 salariés. L’Industrie représente ainsi 8.4% des établissements régionaux et 28% des effectifs salariés correspondants.
Durant l’année 2015, le secteur a cédé sa place de 1er employeur régional aux Services.
L’Industrie s’impose désormais comme 2ème employeur en Alsace, tout en restant le plus petit secteur en termes d’établissements.
Source : CCI Alsace Eurométropole dans le cadre de l’Observatoire de l’Industrie

Dans l’ensemble, en cinq ans, les filières industrielles croissent en nombre d’établissements mais elles génèrent moins d’emplois.
En tant qu’employeurs :
les filières de la plasturgie, de la mécanique, de l’électricité et l’électronique semblent être en restructuration car elles ont fortement réduit leurs effectifs salariés.
Les évolutions positives sont fortes dans les filières de l’énergie, de l’aéronautique et spatiale et du ferroviaire. Mais ces filières sont aussi les plus petits employeurs du secteur industriels Alsacien.

Evolution de la croissance des établissements et des effectifs salariés entre 2012 et 2016

Source : CCI Alsace Eurométropole

Classement des 50 premières entreprises Alsace
Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Source : Le journal des entreprises, Hors-Séries 2015

Strasbourg, la ville aux 9000 spectacles

Musées, opéra, conservatoire… Strasbourg offre une vie culturelle foisonnante et s’impose parmi les foyers de création et de diffusion les plus actifs d’Europe.
Strasbourg joue la comédie, danse, compose, dessine, peint ou encore chante les plus grands airs d’opéra. Avec plus de 9 000 événements chaque année, la ville est devenue un phare de l’expression culturelle.
L’Opéra national du Rhin s’est imposé comme un acteur incontournable de la vie lyrique française et européenne, affichant une programmation annuelle de plus de 140 représentations d’opéra, danse, récitals, concerts et spectacles jeune public. Il doit son caractère exemplaire à l’apport spécifique des trois villes qui le composent : Strasbourg, Mulhouse et Colmar.
L’Orchestre philharmonique de Strasbourg donne plus de 60 concerts par saison et participe à la saison lyrique de l’Opéra national du Rhin. De très haut niveau, il porte l’image musicale de Strasbourg dans le monde.
Installé dans la Cité de la musique et de la danse, le Conservatoire de Strasbourg, partie prenante de la Haute Ecole des Arts du Rhin, est l’une des plus anciennes institutions publiques d’enseignement musical en France. Aujourd’hui, il forme des musiciens mais aussi des danseurs et comédiens.
Strasbourg vibre aussi dans les nombreux lieux de diffusion musicale comme le Zénith, la Laiterie Artefact, Pôle Sud, le Palais de la Musique et des Congrès. Sans oublier les lieux dynamiques implantés sur les communes du territoire : l’Illiade à Illkirch-Graffenstaden, le Cheval Blanc à Schiltigheim, l’Espace culturel de Vendenheim, Le Cercle à Bischheim, Le PréO à Oberhausbergen, Le Point d’Eau à Ostwald…
Le théâtre fait salle comble à Strasbourg. Voué à la création et particulièrement ouvert au théâtre européen, le Théâtre national de Strasbourg diffuse plus de 150 représentations par an. Le TJP jouit également d’une grande notoriété grâce au célèbre festival « les Giboulées – Corps Objet Image ». Le théâtre alsacien est aussi très actif depuis plus de deux siècles, des groupes y affirment ainsi l’identité alsacienne. L’impulsion vient également du Maillon, à l’origine d’une programmation contemporaine variée, entre musique, théâtre, danse, arts visuels et arts du cirque. Enfin, le TAPS, Théâtre Actuel et Public de Strasbourg, propose une programmation riche et mettant en valeur les compagnies locales.
Le réseau des bibliothèques et médiathèques de la métropole strasbourgeoise est organisé autour de la grande médiathèque Malraux, la plus importante bibliothèque de lecture publique de l’Est de la France. Elles accueillent notamment des événements autour de la littérature et de l’illustration tels que “ Les Bibliothèques idéales ”. Par ses acquisitions et son travail de médiation, l’Artothèque encourage les créateurs en activité. Installée dans la médiathèque de Neudorf, elle est conçue comme un lieu de démocratisation de l’art.
De multiples festivals rythment la vie culturelle. Le festival des Artefacts, Les Nuits électroniques de l’Ososphère, Jazzdor, Strasbourg Méditerranée, Contre-Temps, Musica… attirent chaque année des artistes venus de tous les horizons.
Les 10 musées de Strasbourg témoignent de la richesse culturelle de la ville, offrant un choix varié aux amateurs d’art et aux curieux : Musée des Beaux-Arts, Musée historique, Musée de l’oeuvre Notre-Dame, Musée alsacien, Musée archéologique, Musée zoologique, Musée des Arts décoratifs, Cabinet des Estampes et des Dessins et Musée d’Art Moderne et Contemporain.
Le musée Tomi Ungerer, centre international de l’illustration, propose les 8 000 oeuvres de l’artiste qui constituent les pièces maîtresses de ce lieu associées à d’autres illustrateurs majeurs.
L’Aubette, véritable « chapelle Sixtine de l’art contemporain » est également à découvrir au sein des musées. Source : Ville et Eurométropole de Strasbourg



- - - - - - - - -